France au Mois de la Photo à Brest [ru]

Le 21 octobre 2019 à 19h30 à l’espace d’art contemporain « Konserva » (33rue Kouibycheva) a été inauguré le Mois de la photo à Brest qui durera jusqu’au 3 novembre. Les Brestois ont l’occasion de voir deux expositions françaises, l’exposition de photos de l’agence FRANCE-SOIR « Mai 68 » et l’exposition de photos « Sublimes » de Françoise Huguier.

Exposition de photos de l’agence FRANCE-SOIR « Mai 68 » :
Les évènements de l’année 1968 ont changé le monde, le langage, la politique, la société, en donnant la voix à la jeunesse et faisant émerger les droits des femmes. Les photographies faites par des photographes de l’agence FRANCE-SOIR ont mémorisé les évènements du mois de moi de l’année 1968, de la fameuse « nuit des barricades » aux conférences publiques. En 1968 les étudiants envahirent les locaux des universités de Paris-Nanterre et de la Sorbonne, les transformant en plateformes de la culture non-officielle, et de la nouvelle pensée intellectuelle et politique.

Dans ces lieux, les nouveaux intellectuels, et les acteurs de « la Nouvelle vague » prirent part aux conférences de Jean-Paul Sartre. De nouveaux modes de pensée et de vie s’y sont forgés.

L’exposition « Mai 68 » présentera des documents visuels et des slogans de l’époque. Ces slogans, de « C’est interdit d’interdire ! », à « Soyez réalistes– demandez impossible ! », en passant par « Les prolétaires de tous les pays - amusez-vous ! », ont marqué en profondeur les pensée et vision socio-politique contemporaines.

Le journal quotidien FRANCE-SOIR fut créé en France en 1944. Pendant les mois de mai et de juin 68, les photographes de FRANCE-SOIR se sont illustrés en multipliant des reportages photos de grand intérêt dans les rues de Paris.

Avec un tirage de 1 000 000 exemplaires, France Soir eut une influence considérable sur l’opinion publique de l’époque.

Exposition de photos « Sublimes » de Françoise Huguier :

L’homme qui ne voit que la mode dans la mode est un sot. Honoré de Balzac
Où est la meilleure place ? Le moment est-il opportun ? Ce détail est-il pertinent ? Mieux vaut-il retranscrire l’essence d’une collection, capter une ambiance, renseigner les codes d’un milieu ou obtenir un scoop ? Plutôt que tout saisir, il est souvent préférable de choisir et de ne pas se poser trop de questions. Françoise Huguier ne connait que trop bien cette maxime, elle qui, trente ans durant, a tantôt joué des coudes au bord du podium, tantôt préféré se faire toute petite en backstage ou au coeur des ateliers de haute couture. Photographier la mode signifie créer un pont entre le réel et la fiction, entre l’ombre et la lumière. Cet exercice ne se réalise pas sans péril et c’est sans doute pourquoi certaines des images de Françoise Huguier font tourner la tête. Car pour capter l’effervescence d’un monde qui exploite les concepts (et ses limites) de technique, beauté et folie, il faut savoir décider ce qu’il est important de montrer, et cela ne se situe pas toujours là où on le croit, où on le voit. Préférer une nuque à un visage, le pli d’un velours posé nonchalamment en coulisses à l’opulence d’une robe sous les projecteurs, l’envers à l’endroit ou le mystère au paraître, n’a pas convaincu tous les chefs de rubriques mode des magazines. Mais ceux qui ont fait confiance à Françoise Huguier pendant ces trois décennies ne l’ont jamais regretté et ont ainsi contribué à l’avènement de la mode comme art en élargissant son spectre et en brouillant les frontières. Françoise Huguier décide de revenir sur cette expérience sublime, résultat d’une fascination pour un monde parfois jugé superficiel, révélateur de l’esprit aventurier qu’on lui connaît. Reconsidérer aujourd’hui cette faste période c’est, au-delà de pointer du doigt son apport historique, souligner sa singularité artistique. C’est rendre hommage à la bousculade, à l’interrogation des hiérarchies et des jugements, à ce qui procure l’exaltation.
Le texte de Joséphine Bisson.

Le projet est organisé par Mois de la photo à Minsk www.mfm.by avec le soutien des partenaires suivants :

- l’Ambassade de France en Biélorussie ;
- et des boutiques « Cravt & L’Escale » ;
- Falcon Club cinema boutique, multicomplexe de salles cinéma muni de bars et de zones de repos où les visiteurs plongent dans le monde du cinéma. Les rencontres avec des réalisateurs, des critiques de cinéma, des acteurs dévoileront tous les secrets de l’art cinématographique et feront de votre visite au cinéma une sortie inoubliable. Chaque seconde du temps passé au Falcon Club cinema boutique vous comblera d’attentions ;
- Dilis Parfum, société franco-biélorusse de parfums.

La couverture médiatique :
Что за « Консерву » открыли в здании бывшего завода на Куйбышева
Пять фотовыставок презентовали сегодня в новом городском пространстве « Консерва »
Сегодня на трех площадках Бреста открываются выставки в рамках фестиваля « Месяц фотографии в Минске : БРЕСТ EDITION »
Фестиваль « Месяц фотографии в Минске – 2019 : BREST EDITION »

Crédit photos@andreïliankevitch

Dernière modification : 24/10/2019

Haut de page