Institutions de recherche en sciences humaines et sociales

En France

THINK TANKS

  • Le Centre de Recherche Internationales (CERI), Sciences-Po Paris
    Créé en 1952 au sein de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), le CERI vient de fêter son cinquantième anniversaire. Laboratoire associé au CNRS depuis 1967, le CERI a aujourd’hui le statut d’unité mixte de recherche. Avec sa soixantaine de chercheurs – de statut FNSP ou CNRS –, le laboratoire de la rue Jacob à Paris est le principal centre de recherches en France travaillant sur les relations internationales et les aires culturelles et politiques. Ses chercheurs sont issus principalement de la science politique, mais aussi de la sociologie, de l’économie, de l’histoire ou de l’anthropologie. Ils sont assistés par une quinzaine de collaborateurs administratifs – FNSP, CNRS, éducation nationale – en charge de la gestion, de la documentation, des publications ou encore de la communication.

PNG

  • La Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS)
    La FRS est un centre de recherche indépendant qui contribue au débat stratégique en France et à l’étranger. Elle est financée essentiellement par les prestations et travaux qu’elle réalise sur une base contractuelle pour ses partenaires publics et privés : Ministères de la Défense (DAS, DGA, Etats-majors...), des Affaires étrangères et européennes et de l’Intérieur, services du Premier ministre ; agences publiques (CEA, CNES, INSERM, ONERA, ANR…) ; institutions européennes (Commission, Secrétariat général du Conseil, Parlement européen, Agence spatiale européenne…) ; organisations internationales (Nations Unies, OTAN…) ; entreprises françaises et étrangères.

PNG

  • La Fondation Robert Schuman
    Créée en 1991, après la chute du mur de Berlin, reconnue d’utilité publique, la Fondation Robert Schuman œuvre en faveur de la construction européenne. Centre de recherche de référence, la Fondation développe des études sur l’Union européenne et ses politiques et en promeut le contenu en France, en Europe et à l’étranger. Elle provoque, enrichit et stimule le débat européen par la qualité de ses recherches, de ses publications et de ses conférences. Elle apporte une aide concrète aux nouvelles démocraties.

PNG

  • L’Institut d’Études de Sécurité de l’Union Européenne (EUISS)
    L’EUISS est l’agence de l’Union européenne consacrée à l’analyse des questions de politique étrangère, de sécurité et de défense. Créé en janvier 2002 comme une agence autonome de la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) de l’Union européenne dont le but est de forger une culture européenne de sécurité pour l’Union européenne, soutenir l’élaboration et la projection de la politique étrangère et enrichir le débat stratégique à l’intérieur et hors d’Europe. Basé à Paris, et doté d’un bureau de liaison à Bruxelles, l’EUISS est désormais partie intégrante des nouvelles structures qui sous-tendent le développement de la PESC/PSDC. La mission principale de l’Institut est de fournir des analyses et des plateformes de discussion utiles et pertinentes à la formulation de la politique de l’UE. Dans l’accomplissement de cette mission, il agit également comme une interface entre les experts et les décideurs européens à tous les niveaux.

JPEG

  • L’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS)
    L’IRIS, association créée en 1991 reconnue d’utilité publique, est un think tank français travaillant sur les thématiques géopolitiques et stratégiques, le seul de dimension internationale à avoir été créé sur une initiative totalement privée, dans une démarche indépendante.

JPEG

  • L’Institut Français des Relations Internationales (IFRI)
    Créé en 1979 sur le modèle des think tanks anglo-saxons, l’IFRI est en France le principal institut de recherche et de débat indépendant, consacré à l’analyse des questions internationales et de gouvernance mondiale. La recherche policy oriented de l’IFRI a pour mission d’éclairer et de mettre en perspective les grands événements internationaux. Elle s’adresse prioritairement aux décideurs politiques et économiques, aux milieux académiques, aux leaders d’opinion ainsi qu’aux représentants des sociétés civiles.

PNG

CENTRES DE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES

  • Le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)
    Créé avec une forte dominante historique, le CERCEC est aujourd’hui un laboratoire pluridisciplinaire de recherche en sciences sociales. Il rassemble des historiens, des géographes, des politologues, des sociologues... Il accueille aussi des étudiants (master, doctorat) inscrits à l’EHESS désirant se spécialiser sur la vaste aire culturelle est-européenne. Les spécialisations respectives des membres de l’équipe permettent de couvrir une longue période, allant du XVIIe siècle à nos jours, et un large espace qui s’étend de l’ancien « bloc socialiste » est-européen jusqu’au Caucase et à l’Asie centrale. Fédérant des recherches très diverses, le Cercec est devenu, en France, le centre de recherche de référence dans son domaine.

PNG

  • Le Centre de Recherches Europes-Eurasie (CREE), Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INaLCO)
    Le CREE est l’un des rares centres en Europe à croiser, sur une aire aussi large que l’Europe médiane et balkanique, la Russie et l’Asie centrale, des problématiques regardant l’histoire sur le long terme, l’actualité et la prospective, et couvrant des champs disciplinaires distincts mais complémentaires : littérature, arts, langues, histoire, société, géopolitique, économie, droit, environnement.

JPEG

  • L’Institut Français de Géopolitique (IFG), Université Paris 8
    Paris 8 est l’université où s’est formé le domaine des études universitaires géopolitiques avec la création dès 1989 du premier diplôme de géopolitique (DEA) et le premier laboratoire de recherche de géopolitique pour accueillir les doctorants. En 1992, le Ministère de la Recherche a octroyé la première Chaire de géopolitique au département de géographie de l’université Paris 8. Ces créations sont liées à l’existence de la revue de géographie et de géopolitique Hérodote fondée en 1976 par le géographe Yves Lacoste alors professeur à l’Université Paris 8. Cette revue est la première dans ce domaine par son ancienneté, par son tirage (3500 exemplaires), par sa diffusion internationale et son nombre d’abonnés (1200). Elle est consultable en ligne sur le portail des revues Cairn (http://www.cairn.info/) et tous les numéros anciens sont consultables sous forme numérique sur le site de la Bibliothèque Nationale de France (http://gallica.bnf.fr/). Ces formations universitaires ont rencontré un vif succès (plusieurs centaines de candidatures chaque année pour les formations de Master et quelques dizaines pour le doctorat). Ce succès a conduit à la création de l’IFG par le Ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur en 2002. Le recrutement des étudiants est national et international : Russie, Hongrie, Asie centrale, Taïwan, Mexique, Brésil, Corée etc.

PNG

  • L’Institut d’Etudes Slaves (IES)
    L’IES fut créé en 1919 par l’historien Ernest Denis grâce à l’aide du Gouvernement français et des Gouvernements tchécoslovaque et yougoslave. Il bénéficia également, à partir de 1923, d’une participation de la Pologne. L’IES est un établissement autonome régi par la loi de 1901 sur les associations. Il fut rattaché à l’Université de Paris, qui était de 1921 à 1981 propriétaire de l’immeuble qui l’abrite. Entre 1919 et 1948, l’IES était mandaté par le ministère des Affaires étrangères pour être le lieu d’accueil des étudiants slaves boursiers du Gouvernement français qui venaient en grand nombre pour suivre les cours de la prestigieuse Sorbonne.
    En regroupant la plus grande partie des enseignants et des chercheurs dans son domaine, l’IES occupe une place privilégiée pour assurer un rôle de coordinateur des recherches menées en France sur les pays de l’Est. L’IES abrite également une bibliothèque couvrant une grande variété de domaines de la slavistique : russe, ukrainien, biélorusse, tchèque, slovaque, polonais, serbe, croate, slovène, macédonien, bulgare, sorabe, polabe, albanais, balte, hongrois, roumain… Elle a en dépôt le fonds slave de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT) et dispose de précieuses archives et manuscrits.

JPEG

En Russie

  • Le Centre d’Etudes Franco-Russe (CEFR), Moscou
    Le CEFR a pour vocation de stimuler les recherches en sciences humaines et sociales sur l’ensemble de la Fédération de Russie avec un périmètre d’action qui s’étend à trois autres États d’Europe orientale (Ukraine, Biélorussie, Moldavie). Sa vocation est d’être à la fois un centre de recherches pluridisciplinaire, qui accueille des chercheurs en délégation, un lieu de coopération entre chercheurs de France et des pays cités plus haut, un lieu de formation et d’accueil pour les jeunes chercheurs et enfin un lieu de valorisation scientifique.
  • L’Observatoire franco-russe, Moscou
    L’Observatoire franco-russe a été créé début 2012 à l’initiative du Conseil économique de la Chambre de Commerce et d’industrie France-Russie. Il a pour mission de produire une expertise approfondie sur la Russie et de sensibiliser les décideurs russes aux réalités et enjeux de la France d’aujourd’hui.

http://obsfr.ru/fr.html

Ailleurs...

  • Le Centre Marc Bloch (CMB), Berlin, Allemagne
    Au lendemain de la chute du Mur de Berlin, les gouvernements français et allemand ont décidé conjointement de créer un centre franco-allemand de recherche en sciences sociales ouvert sur l’Europe. Fondé le 9 octobre 1992, le Centre se caractérise par une identité et un mode de fonctionnement binationaux. La pratique interdisciplinaire est consubstantielle des projets, des axes de recherche comme des groupes de recherche du Centre, qui réunit les différentes disciplines des sciences humaines et sociales. La dimension franco-allemande est par ailleurs un enjeu essentiel, tant sur le plan intellectuel que scientifique. Elle constitue le socle à partir duquel s’élaborent des coopérations européennes plus larges, en particulier avec les pays d’Europe centrale et orientale. Elle s’incarne dans le recrutement des chercheurs et des doctorants, dans le fonctionnement des groupes de recherche et les projets du Centre ainsi que dans l’organisation de colloques et de conférences qui associent fréquemment des partenaires allemands et français.

https://cmb.hu-berlin.de/fr/le-cmb

  • L’Institut Français d’Etudes sur l’Asie Centrale (IFEAC), Bichkek, Kirghizistan
    Créé en 1993, l’IFEAC est sous la tutelle administrative du MAE et bénéficie du statut d’unité de services et recherche du CNRS. Sa principale mission est de soutenir les chercheurs français et centrasiatiques travaillant sur la région en archéologie et dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, ethnologie, anthropologie, science politique, linguistique, économie, géographie, etc.) La compétence géographique de l’Institut s’étend sur les cinq républiques d’Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan) mais également sur les régions voisines (Tatarstan et Bachkortostan russes, Nord de l’Afghanistan, Khorasan iranien, Xinjiang chinois, Mongolie).

http://ifeac.hypotheses.org/institut

Dernière modification : 12/05/2017

Haut de page