Retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien

Déclaration conjointe du Président de la République Emmanuel Macron, de la Première ministre Theresa May, et de la Chancelière Angela Merkel à la suite de la déclaration du Président Donald Trump sur l’Iran (8 mai 2018)

"C’est avec regret et préoccupation que nous, dirigeants de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni, prenons note de la décision du Président Trump de procéder au retrait des Etats-Unis d’Amérique du Plan d’action global commun (ou Joint Comprehensive Plan of Action - JCPoA).

Ensemble, nous soulignons notre engagement continu en faveur du JCPoA. Cet accord revêt une importance particulière pour notre sécurité partagée. Nous rappelons que le JCPoA a été entériné à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies dans la résolution 2231. Cette résolution demeure le cadre international juridiquement contraignant pour la résolution des différends liés au programme nucléaire iranien. Nous appelons toutes les parties à continuer de souscrire à sa pleine mise en œuvre, et à agir dans un esprit de responsabilité.

Selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’Iran continue à se conformer aux restrictions prévues par le JCPoA, en ligne avec ses obligations au titre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). La sécurité du monde en est renforcée. C’est pourquoi nous, les E3, resterons parties au JCPoA. Nos gouvernements restent déterminés à assurer la mise en œuvre de l’accord, et travailleront à cet effet avec les autres parties qui resteront engagées dans ce cadre collectif, y compris en assurant le maintien des bénéfices économiques liés à l’accord au profit de l’économie et la population iraniennes.

Nous exhortons les États-Unis à faire en sorte que les structures du JCPoA soient gardées intactes, et à éviter toute mesure qui empêcherait sa pleine mise en œuvre par les autres parties. Après avoir échangé en profondeur avec le gouvernement américain ces derniers mois, nous appelons les Etats-Unis à faire tout leur possible pour préserver les avancées en matière de non-prolifération nucléaire obtenues grâce au JCPoA, en permettant la poursuite de l’application de ses principales dispositions.

Nous encourageons l’Iran à faire preuve de retenue dans sa réponse à la décision américaine ; l’Iran doit continuer à respecter ses propres obligations selon les termes de l’accord, en se conformant pleinement et dans les temps aux exigences des inspections de l’AIEA. L’AIEA doit être en mesure de poursuivre la mise en œuvre de son programme de vérification et de contrôle à long terme, sans obstacle ou restriction. En retour, l’Iran doit continuer de bénéficier de la levée des sanctions, à laquelle il peut prétendre tant qu’il demeurera en conformité avec les termes de l’accord.

Il ne doit y avoir aucun doute : le programme nucléaire de l’Iran devra toujours rester pacifique et civil. Tout en prenant pour base le JCPoA, nous sommes aussi conscients que d’autres sujets majeurs de préoccupation doivent être pris en compte. Un cadre de long terme pour le programme nucléaire de l’Iran après l’expiration de certaines des dispositions du JCPoA, à partir de 2025, devra être défini. Alors que notre engagement en faveur de la sécurité de nos alliés et partenaires dans la région est indéfectible, nous devons également traiter de façon rigoureuse les préoccupations largement partagées liées au programme balistique de l’Iran et à ses activités régionales déstabilisatrices, en particulier en Syrie, en Irak et au Yémen. Nous avons déjà commencé des discussions constructives et mutuellement bénéfiques sur ces questions ; les E3 sont désireux de poursuivre ces échanges avec leurs partenaires clefs et les Etats concernés de la région.

Nos ministres des Affaires étrangères et nous-mêmes prendrons contact avec toutes les parties au JCPoA, pour identifier des perspectives positives."

Service de presse de l’Elysee, 8 mai 2018

Iran - Entretien téléphonique de Jean-Yves Le Drian avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif (09.05.18)

Comme suite à l’échange que le président de la République a eu aujourd’hui avec le président Rohani, le ministre de l’Europe et des affaires étrangères s’est entretenu au téléphone avec son homologue iranien, M. Mohammad Javad Zarif.

"Il lui a rappelé la détermination de la France à préserver l’accord de Vienne. Elle reste donc engagée dans cet accord et attend de l’Iran qu’il continue de respecter l’ensemble de ses obligations à ce titre. De même, comme M. Jean-Yves Le Drian l’a dit lors de sa visite à Téhéran le 5 mars 2018, la France invite l’Iran à ouvrir une discussion approfondie sur l’ensemble des questions relatives à la stabilité régionale.

A ce sujet, le ministre a rappelé la volonté du chef de l’Etat de travailler collectivement à un cadre plus large incluant les activités nucléaires et le programme balistique de l’Iran ainsi que la solution des crises au Moyen-Orient.

M. Jean-Yves Le Drian poursuivra ses consultations avec ses homologues allemand et britannique sur l’ensemble de ces points. Tous trois sont déterminés à maintenir l’unité européenne sur le dossier iranien. Ils y travailleront étroitement avec la Haute Représentante, Mme Federica Mogherini, et les partenaires européens. Ils recevront ensemble le ministre iranien, que M. Jean-Yves Le Drian a invité à venir les rencontrer la semaine prochaine."

Déclaration de la porte-parole du 9 mai 2018

Dernière modification : 13/05/2018

Haut de page